Menu

Exposition André Susplugas


Exposition André Susplugas

peinture – dessin – pastel présentée à la Maison de la Catalanité du 23 juin au 18 août 2017
Place Josep Sebastià Pons – Perpignan
Vernissage le samedi 1er juillet à 11 h
Médecin à Trouillas, André Susplugas (1912 – 1978) n’a jamais cessé de peindre et de dessiner le Pays Catalan.

Un certain mystère en plein soleil – le mystère fondamental, celui des êtres, des choses simples – une tendresse jusqu’au cœur – juste au cœur – de la plus violente lumière, telles sont me semble-t-il, les clefs de l’œuvre d’A. Susplugas.
Il n’est guère de regard plus franc, plus vif que le sien, ni de geste de la main créatrice plus dru, plus chaleureux que celui à nos yeux restitué par la force du trait, la vigueur des formes, la calme hardiesse de la mise en page.
Qu’il s’agisse de natures mortes – si puissamment vivantes !  – de scènes de la rue catalane ou de l’évocation heureuse de l’intimité familiale, on a affaire au même réalisme à la fois ardent et paisible. C’est lui qui détermine ici la couleur, noble, généreuse comme elle l’est dans les vignobles du Roussillon, sur les sommets de l’Aspre ou le long des rivages de Catalogne.
Et pourtant, ce terme de ‘’réalisme’’, je le sens quant à moi insuffisant pour qualifier cet art magistral, car si le réel est certes présent dans ces peintures, il n’exclut cependant point une dimension lyrique qui donne leur pouvoir d’enchantement à ces toiles consacrées aux instants du quotidien : femmes au marché, troupeaux de chèvres, chiens et chasseurs, cercle de famille à la veillée, portraits de jeunes femmes …
Susplugas se garde de hausser le ton, mais la vision qu’il nous offre, au-delà de sa plénitude silencieuse, contient un chant secret : chant et secret nés de l’amour. Ce n’est point hasard, si les liens d’une affection et d’une admiration également profondes attachaient, dès sa jeunesse, le peintre au grand poète français de langue catalane Joseph Sébastien Pons. Ce n’est point hasard, si amour et poésie furent pour le cher artiste disparu les deux visages d’une même exigence. Toute son œuvre, sensuelle et belle, témoigne de cette exigence que, de saison en saison, d’année en année, elle n’a cessé d’incarner, d’illustrer avec magnificence, révélant sans fin des vraies richesses, celles qui appartiennent aux heures les plus simples.
Georges-Emmanuel Clancier, Paris, le 21 décembre 1979

Il fait partie de ces peintres discrets pour qui la création ne relève ni de la provocation, ni d’une recherche obstinée de l’innovation.  André Susplugas ne pose pas questions.  Il goûte la beauté au quotidien, celle qui, dans un monde sans cesse remis en cause, nous réconcilie avec nous même.
Jacques Marmayou

Informations au 04 68 08 29 35