Menu

Exposition Dan Lay

Exposition Dan Lay

En partenariat avec Bouchons d’Artistes

Du 13 décembre au 11 janvier 2018 au Palais des Rois de Majorque
rue des Archers à Perpignan
Ouvert tous les jours de 9h à 17h

Vernissage le vendredi 14 décembre 20I8 à I8h30

Né en Bretagne et résident à Eus, Dan Lay a commencé à peindre dans le milieu des années soixante. A Paris, il s’est orienté progressivement vers l’illustration, l’humour, notamment dans l’édition de cartes, presse pour enfants, la publicité, les hebdomadaires et mensuels d’opinions.

Parallèlement à ce travail d’illustrateur, il a pratiqué une peinture figurative narrative évoluant dans les années 2000 vers une  »abstraction » dans laquelle une chorégraphie spatiale efface l’identité des choses. Accompagnant une polysémie de formes, la couleur devenue essentielle crée la lumière, au contraire d’une peinture réceptacle.

Dans ses derniers travaux, Dan Lay est plus minimaliste. Il travaille dans des échelles d’accords par strates exprimant temps, espace et mouvement.

Dan Lay est un peintre de la couleur. Cela ne veut pas dire qu’il représente des objets colorés ; la couleur même est son objet. D’ordinaire associées aux choses comme qualités secondaires, au point que ces choses, pourvu qu’elles conservent leurs formes, peuvent changer de couleur et cependant rester ce qu’elles sont, les couleurs sont ici vues pour elles-mêmes. Elles priment, et ce d’autant plus qu’elles ne font pas allégeance à la figure. Pas de traits, pas de délayés : les couleurs qu’obtient Dan Lay se suffisent à elles-mêmes.

Cette indépendance est d’abord surprenante. Spontanément, notre esprit cherche à identifier. Comme s’il ne circulait aisément que dans ce qu’il connaît déjà. Ici, la couleur affranchie exige que nous consentions au vertige, que nous acceptions de nous perdre. Il se peut, dans l’aventure, que nous découvrions ce qui d’emblée se refusait à l’oeil. Telle est la magie de l’abstraction, qui n’est pas une figure ratée ou brouillonne mais un aller pour l’essentiel.

Défait des rets du visible, l’esprit peut enfin en saisir l’armature : le croisement de l’espace, du temps et de la profondeur. En sous-oeuvre, la profondeur travaille dans l’épaisseur des tons. Compactes, rayonnantes, nettes, les couleurs obtenues par une savante superposition des couches font bloc. Le tout semble un jeu de pièces en bois rentrées de force dans leur cadre. L’effet produit n’est cependant pas une tension. L’équilibre est tel que les couleurs du peintre semblent être dans la toile à leur place. On ne pourrait pas les en sortir ; il faut les pénétrer.

– Alexandre Larguier – Professeur de philosophie et d’histoire des arts –

Information :
04 68 34 96 26
bouchonsdartistes.fr
Dan Lay – 4 Carrer del Rentador – 66 500 Eus